alma11 (alma11) wrote in 31_jours,
alma11
alma11
31_jours

14 mars - les monarques des temps passés et futurs + héritage - magi

Titre: Le Cercle
Auteur : alma11
Jour/Thème : 14 mars - Les monarques des temps passés et futurs + Héritage
Fandom: Magi; the labyrinth of magic
Personnage/Couple: Ali Baba
Rating: PG
Warnings éventuels: /
Disclaimer: Shinobu Ohtaka
Nombre de mots: 1012
Note: Le thème d'aujourd'hui m'a inspiré une fanfiction entière (du genre de celles qui s'annoncent longues)(très longues) qu'il m'est pour le coup impossible de poster ici. J'ai tout de même écrit ceci, une sorte de prologue du couuuuup. Si la fin n'éclaire sur rien, c'est normal /pan

Ali Baba pouvait voir le cercle gagner en netteté, reprendre l’espace d’un instant la couleur noire, profonde, qui avait été la sienne le jour où il avait été dessiné, avant de s’illuminer vivement. Il ne fut pas ébloui. Une âme ne pouvait pas l’être. Une âme, un agglomérat de rhûk qui formait une conscience individuelle, ne possédait pas de sens. Il ne voyait pas en réalité, il percevait. Tout comme il percevait les sons, les odeurs et les sensations, lorsqu’il y en avait. Car dans le néant de la mort d’une âme isolée du Grand Flux, il n’y avait rien en réalité. Sauf le cercle.

Ali Baba marcha, bougea plutôt, jusqu’à son centre pour s’y installer. Telle était sa place. Il attarda sa perception sur les signes qui s’y inscrivaient. Il les connaissait par cœur, bien qu’il soit incapable de les comprendre. Il n’était pas un magicien, et le cercle était magique. Dernier cadeau, dernière promesse, dernier objet, dernière trace d’Aladdin. De son Aladdin. Dernière preuve aussi que tout n’était pas un rêve, ou un cauchemar, qu’il avait bien vécu chacune de ses vies, et qu’il en vivrait encore.

La lumière du cercle vint s’accrocher à celle, plus pâle, de son âme et celle-ci commença à se fondre en elle. Il allait bientôt revivre, il allait renaître une fois encore. Les questions défilèrent dans sa tête avec habitude. Que serait-il cette fois-ci ? Naîtrait-il de nouveau à Balbad, comme lors de sa première vie, comme dans de nombreuses autres ? Serait-il prince ? Paria ou roi ? Ou viendrait-il au monde ailleurs, à Reims ? Ou à Kou peut-être ? Plus important encore, arriverait-il enfin à accomplir la mission qu’il s’était donné en acceptant de s’enchainer à ce cercle, à toujours la même portion de temps ? C’était là tout ce qu’il souhaitait.

Ali Baba n’abandonnerait pas, jamais. Il l’avait promis à Aladdin et à Morgiana, à Hakuryuu, à Kougyokou, même à Judal ! Sa première défaite, leur première défaite, il n’avait jamais été seul, avait poussé son meilleur ami à créer le cercle dans une ultime tentative de remporter la victoire. Chaque nouvelle défaite l’y ramenait pour tenter une nouvelle fois de réussir, de tous les sauver. Chacune d’elle était une souffrance.

Le cercle termina d’absorber son âme et sa perception s’effaça totalement. Lorsque sa conscience s’éveilla de nouveau aux sens humains, un court instant semblait être passé. Il avait chaud, il se sentait flotter en un lieu étroit. Il sut où  il était : dans le ventre de sa mère. A sa première réincarnation il en avait été étonné, à présent il y était habitué. Se recroquevillant sur lui-même, Ali Baba entreprit de rester dans un état de semi-conscience jusqu’au jour de sa naissance. Il ne se réveilla complètement que lorsque son corps fut prit dans un étroit passage. Il allait naître. La sensation était désagréable, presque douloureuse. Sa tête fut dehors, balayée par un vent froid. Il poussa son premier cri alors qu’on le tirait encore pour extraire ses épaules, puis son corps glissa. Il criait encore en sentant ses poumons se déployer et se remplir, la douleur toujours vive dans ce corps neuf, lorsqu’il se sentit être envelopper dans un linge doux. Il se calma, cessa de pleurer. Il ouvrit les yeux pour s’habituer à la lumière. Lorsque des mains le prirent doucement pour le déposer contre une poitrine chaude de femme, il leva la tête pour regarder qui était sa mère dans cette vie. En vain. Ses yeux étaient trop jeunes pour voir encore bien.

En tant que bébé, Ali Baba ne faisait pas grand-chose, pour ne pas dire presque rien. Il n’avait pas de grande maîtrise de son corps, ses gestes étaient larges et patauds. Il ne percevait ni son ni image si ce n’était en flou. Il lui fallait attendre, il le savait. Aussi passait-il son temps à dormir, et lorsqu’il ne dormait pas il mangeait. En raison de sa conscience d’adulte, chargé du bagage de millions de souvenirs hérités de ses vies précédentes, il était un bébé très calme, ou plutôt un bébé peu bruyant mais remuant. Toujours il bougeait, quand il était éveillé, désireux de tester les limites des mouvements de son corps.

Après bien des jours, qui passaient pourtant à une vitesse folle, il s’aperçu distinctement que sa vision était moins floue et qu’il commençait à distinguer les couleurs. Aussitôt il s’agita en tous sens, emmêlant ses membres dans ses langes. Il éclata d’un rire gazouilleur  pour attirer l’attention de sa mère. Il voulait la voir, découvrir son visage, son identité. Dans son cœur, il souhaitait qu’elle soit Anise. Il l’aimerait même si ce n’était pas le cas bien sûr. Il l’aimait déjà. Mais Anise était spéciale, Anise était sa mère « légitime », celle qui, plus que simplement le mettre au monde, l’avait formé tel qu’il était.

Des bruits de pas et une vois de femme étouffés lui parvinrent. Un rire joyeux se joint au sien alors que deux mains le prenaient pour le soulever. Il fut libérer de ses langes en même temps que des mots étaient prononcés sans qu’il ne puisse encore les comprendre. Un visage apparu dans son champ de vision, un visage dont il arrivait enfin à distinguer les traits. Un visage qu’Ali Baba ne reconnu pas.

Il leva une main potelée pour attraper une mèche de cheveux d’un châtain très clair, alors que l’espoir s’éteignait de son cœur. Sa mère n’était pas Anise et son cœur se pinça à cette constatation. Une inquiétude nouvelle le balaya un instant. Puisqu’il ne connaissait pas sa mère, il ignorait tout du lieu dans lequel il était né, et en quel temps. Il lui faudrait sans nul doute plusieurs mois avant de pouvoir en avoir ne serait-ce qu’une idée. Dans quel pays était-il ? Sous le pouvoir de quel roi ? Il en avait tant connu, il en avait tant servit. Lui-même l’avait été, conformément au souhait d’Aladdin. Tant de souvenirs semblaient se mélanger en lui parfois. Soudain épuisé de ses inquiétudes, de ses questions, de ses souvenirs, il s’endormit.
Tags: mars 17
Subscribe

  • Thème du mois d'Avril

    Bonjour, Voici les thèmes du mois d'Avril. Le thème optionel sera "dualité". 1 - Avril - Ouvrir ses ailes 2 -…

  • 08 Mars - Chaos - Original

    Titre : Révolution Auteur : solhaken Jour/Thème : 08 Mars - Chaos Fandom : Original | OmbreSang Personnage/Couple : Lee et Tenoch…

  • Thème du mois de Mars

    Bonsoir à tous, Voici les thèmes pour le mois de Mars. 1 Mars - A l'aube 2 Mars - Voyage 3 Mars - Une petite flamme dans la nuit 4 Mars - Mirador 5…

  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic
  • 0 comments